Et aussi sur Cultures-J.com

« New York la juive » : 5. Le Guggenheim Museum, chef-d’oeuvre de Lloyd Wright

Bordée par Central Park, la très huppée 5ème avenue, l’artère la plus chère de New York, est aussi surnommée « Millionaire’s Row » en raison de ses boutiques de luxe et des locataires illustres que ses immeubles historiques abritaient, et abritent encore.

Des monuments comme l’Empire State, le Flatiron, le Rockefeller Center, la New York Public Library ou encore la cathédrale Saint-Patrick y sont édifiés, et de la 82ème à la 105ème rue, douze musées parmi les plus prestigieux courent sur ce qu’on appelle le « Museum Mile » : le musée de la Ville de New York, le Jewish Museum, le musée Guggenheim, la Frick Collection, la Neue Galerie, le MoMA, etc…

Chef-d’œuvre de l’architecte Frank Lloyd-Wright, qui couronne en 1959 avec ce bâtiment une carrière exceptionnelle, le musée Guggenheim est l’un des musées inévitables du Museum Mile et de New York.

Frank Lloyd-Wright vivra suffisamment longtemps pour faire face aux critiques virulentes que suscita son projet, commandé par le collectionneur et mécène Solomon R. Guggenheim, mais il décédera malheureusement avant la fin des travaux, et de son inauguration en octobre 1959.

Le Guggenheim abrite une importante collection d’œuvres d’art post-impressionnistes, impressionnistes, modernes et contemporaines signées des plus grands noms de l’histoire de l’art : Léger, Modigliani, Cézanne, Vuillard, Renoir, Manet, Toulouse-Lautrec, Degas, Monet, Gauguin, Picasso, Kandinsky, Klee ou encore Delaunay pour n’en citer que quelques-uns. L’accrochage présente les œuvres par roulement, le fonds de la collection, qui s’enrichit depuis 80 ans, étant considérable.

Pensé de manière à privilégier la continuité, le parcours intérieur, comprenant sept niveaux, est axé autour d’un atrium et d’une magnifique rampe centrale le long de laquelle les visiteurs évoluent, sans se rendre vraiment compte à quel point ils prennent de la hauteur. Les classiques « salles d’exposition » laissent ainsi la place à des dizaines d’alcôves plus confidentielles abritant peintures, sculptures, photographies, projections…

Pour plus d’informations sur le musée Guggenheim, visitez le site officiel.

Si vous désirez aller plus loin :

– Frank Lloyd Wright, de Bruce Pfeiffer et Peter Gossel, aux éditions Taschen. 640 pages. 49,99€.
– Frank Lloyd Wright : Bâtiments publics, collectif, aux éditions Rizzoli International. 311 pages. 19,90€.
– Testament, de Frank Lloyd Wright, aux éditions Parenthèses. 240 pages. 19,00.
– Loving Frank, de Nancy Horan, aux éditions Livre de Poche. 576 pages. 7,90€.

Partagez vos impressions

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.