Et aussi sur Cultures-J.com

Sortie en DVD de « L’origine de la violence », le film d’Elie Chouraqui

Professeur dans un lycée franco-allemand, Nathan Fabre achève sa thèse sur le nazisme par un voyage à Weimar et au camp de concentration de Buchenwald où furent déportés 250.000 Juifs.

En visitant le camp, il découvre une photographie d’Erich Wagner, le médecin du camp, derrière lequel se trouve un détenu dont la ressemblance avec son propre père est saisissante.

De retour à Paris, il informe ce dernier de son étrange découverte, mais il semble ne pas y prêter une grande attention.

Persuadé qu’on lui cache quelque chose, Nathan décide de mener son enquête, et finit par obtenir la liste de tous les prisonniers du baraquement numéro 9, avec qui il tente d’entrer en contact.

Mais dans ce voyage au cœur de la mémoire, entre histoires d’amour interdites, rancœurs et rivalités, le jeune homme risque de découvrir des secrets de famille enfouis depuis des décennies, à une époque où des hommes ordinaires devenaient des héros.

Adapté du livre de Fabrice Humbert, Elie Chouraqui nous livre avec L’origine de la violence son onzième long-métrage. Enthousiasmé par l’histoire, découverte en quelques lignes dans un journal, il a aussitôt acheté les droits.

Pour les besoins du tournage, l’équipe du film s’est installée à Weimar, dans un hôtel où Hitler lui-même avait sa suite à l’année.

Tourner au camp de Buchenwald s’est en revanche avéré beaucoup plus compliqué. Après avoir essuyé un non catégorique, Elie Chouraqui a finalement été convoqué par le Comité du camp et a reçu, après lecture du scénario, l’autorisation d’y poser ses caméras, mais sous certaines conditions : ne pas tourner dans certains lieux, et ne pas faire entrer d’uniformes allemands dans l’enceinte du camp. Les scènes où apparaissent des SS ont donc soit été tournées à l’extérieur, soit truquées.

Côté casting, le choix du personnage principal s’est porté sur Stanley Weber, fils de Jacques Weber, qu’il avait repéré dans la série Borgia et qui incarne à merveille Nathan Fabre, le fils de Richard Berry. L’origine de la violence marque également les retrouvailles entre les deux hommes, près de quarante ans après Mon premier amour, premier film d’Elie Chouraqui et premier grand rôle de Richard Berry au cinéma.

Le réalisateur y dirige également son propre fils, César, qui incarne le personnage David. Il reconnait que filmer son enfant en costume de déporté, à Buchenwald, a été une expérience terrible, d’autant plus que le jeune homme avait perdu 15 kilos pour les besoins du film.

L’origine de la violence, d’Elie Chouraqui. DVD. 107 minutes.

Si vous désirez aller plus loin :

L’origine de la violence, de Fabrice Humbert, aux éditions Livre de Poche. 352 pages. 7,10€.

Autres articles qui pourraient vous intéresser :

« A Hambourg peut-être », de Denis Labayle
Comme un battement d'aile de papillon sur la muraille de Chine peut provoquer une tempête en France, ainsi un oui en entraîne un autre et peut changer plusieurs vies. Cette ...
Lire la suite
« Une famille juive du temps de l’Exode », d’Anny Bloch
Docteur en sciences sociales, Anny Bloch est socio-anthropologue au CNRS. Spécialiste des migrations transatlantiques et des judaïsmes, elle a participé à la fondation de la revue Diasporas, Histoire et sociétés et ...
Lire la suite
« La vie contrariée de Louise », de Corinne Royer
"La région du Chambon-sur-Lignon occupe une place unique dans l’histoire de France, nulle part ailleurs les Juifs ne furent accueillis et sauvés en aussi grand nombre et avec pareille générosité". ...
Lire la suite
« Auschwitz, et après », de Charlotte Delbo, au théâtre du Gymnase
Au début des années 70, les éditions de Minuit publiaient « Auschwitz et après ». Charlotte Delbo, l'auteure de cette trilogie, résistante communiste, combattante, faisait partie du convoi de femmes du 24 ...
Lire la suite
Sortie DVD : « La voleuse de livres », de Brian Percival
Bouleversant ce film, La voleuse de livres ! Une belle histoire d'amour et d'amitié ! L'amour entre deux adultes qui se retrouvent grâce à la "Vie" qu'amène avec elle la ...
Lire la suite
« Si je survis », le témoignage de Moriz Scheyer
Si je survis nous livre l'expérience de Moriz Scheyer au moment de la Shoah. Il appartient alors au monde littéraire et bourgeois de Vienne, et doit quitter l'Autriche au moment ...
Lire la suite
« Hôtel Terminus. Klaus Barbie, sa vie et son temps », en coffret 2 DVD
Documentaire-fleuve de plus de 4h00, Hôtel Terminus, du nom du siège de la Gestapo à Lyon à partir de 1942, est une plongée dans la vie du criminel de guerre ...
Lire la suite
Sortie DVD : « La duchesse de Varsovie », de Joseph Morder
Valentin, jeune artiste peintre, vit dans sa bulle, totalement déconnecté du monde qui l’entoure. Il retrouve sa grand-mère Nina, surnommée "la duchesse". Sa venue est l’occasion d’une ballade dans Paris. Les ...
Lire la suite
« Welcome in Vienna », d’Axel Corti, dans le cadre du Festival des Cultures Juives
Dans le cadre du 8ème Festival des Cultures Juives, qui se déroule à Paris du 12 au 28 juin 2012, le cinéma Le Nouveau Latina propose le samedi 16 juin la projection ...
Lire la suite
« La Brigade Juive. Tome 1. Vigilante », illustré par Marvano
"Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre". Winston Churchill. Alors que les alliés découvrent les atrocités de la Shoah, c'est en septembre 1944 que Sir Winston Churchill ...
Lire la suite
« A Hambourg peut-être », de Denis Labayle
« Une famille juive du temps de l’Exode », d’Anny Bloch
« La vie contrariée de Louise », de Corinne Royer
« Auschwitz, et après », de Charlotte Delbo, au théâtre du
Sortie DVD : « La voleuse de livres », de Brian
« Si je survis », le témoignage de Moriz Scheyer
« Hôtel Terminus. Klaus Barbie, sa vie et son temps »,
Sortie DVD : « La duchesse de Varsovie », de Joseph
« Welcome in Vienna », d’Axel Corti, dans le cadre du
« La Brigade Juive. Tome 1. Vigilante », illustré par Marvano

Partagez vos impressions

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.