« Yonah ou le chant de la mer » : l’activiste israélien Abie Nathan honoré par Frédéric Couderc

Qui se souvient d’Abie Nathan, le célèbre pacifiste israélien des années 70,  fondateur de ce bateau-pirate qui navigue en Méditerranée, appelé « Voice of peace », et dont le slogan était « From somewhere in the Mediterranean. Peace, love and good music » ?

L’auteur, Frédéric Couderc, grand reporter et voyageur du monde, nous fait vivre une aventure trépidante entre l’intimité d’un couple et les aspirations de divers personnages, posant les enjeux du drame israélo-palestinien.

La préparation d’un film à Tel Aviv, un biopic sur Abie Nathan, est prétexte pour dépeindre un couple mythique, exemple parfait d’entente et d’harmonie conjugale : Zeev et Hélène Stein, fervents défenseurs du Mouvement pour la Paix, et amis proches d’Abie.

Rafaël et Yonah, les deux enfants du couple, évoluent dans deux mondes totalement opposés. Le premier, après de dures épreuves dans l’armée, a intégré la stricte communauté ‘Haredi à Méa Shéarim, alors que la seconde, proche des idéaux de ses parents et passionnée d’antiquité, est muséographe et en recherche d’elle-même.

Ce couple à qui tout sourit va exploser et bouleverser l’équilibre familial suite à des révélations inattendues.

En marge des méandres de cette histoire familiale se déroule une épopée peu commune vécue par la star de cinéma Orlando Dito Beck, incarnant le personnage d’Abie Nathan. Cet homme, démesuré et mégalomane, disparaît et vit d’étranges aventures… à Gaza, où des ravisseurs islamistes réclament une surprenante rançon.

Cet ouvrage à multiples facettes entraîne le lecteur dans une aventure intime et collective à la fois, d’une certaine catégorie d’israéliens prônant la paix et le dialogue avec les palestiniens mais parfois victimes de leur engouement idéologique et leur fragilité face aux épreuves multiples que traversent le  pays dans les années 70… et qui persistent encore de nos jours.

L’activiste israélien Abie Nathan (à gauche) avec un volontaire sur le pont du bateau duquel il émettait par radio des messages de paix aux auditeurs israéliens et égyptiens, 8 juillet 1975 (photo par Keystone / Hulton Archive / Getty Images).

Yonah ou le chant de la mer est un roman engagé qui choisit résolument le camp de l’humanité pour en révéler autant sur les failles d’un pays que sur celles que traversent chaque individu.

Fréderic Couderc, auteur entre autres d’Un été blanc et noirLe jour se lève et ce n’est pas le tien ou encore Aucune pierre ne brise la nuit, part vivre pour chacun de ses romans dans le pays abritant son intrigue, pour être au plus près de son sujet. On  le sent se poser ces questionnements permanents sur une réalité complexe, traversée de troubles et d’événements inattendus qui nous font, en écho, réfléchir à notre tour.

Roman passionnant — parfois un peu trop dense — qu’on ne lâche pas de si tôt, et qui ressuscite une  période de la vie israélienne en pleine ébullition.

Yonah ou le chant de la mer, de Frédéric Couderc, aux éditions Héloïse d’Ormesson. 320 pages. 20,00€.

Incoming search terms:

  • peintre autrichien klimt
  • yonah ou le chant de la mer

Partagez vos impressions

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.