Et aussi sur Cultures-J.com

« Anima Festival », la troisième édition au cirque tsigane Romanès

Ces 10 et 11 décembre, la Compagnie Anima vous invite à la troisième édition de l’ « Anima Festival », qui se déroulera, comme en 2015, dans le très beau cadre du chapiteau du cirque Romanès.

anima-festival-3Ce nouveau rendez-vous sera également l’occasion de célébrer les dix ans de la compagnie, qui ouvre pour l’occasion les portes de son événement à d’autres styles musicaux.

Ainsi, cette année, des sons et des mélodies venus de Russie, du Brésil, d’Argentine ou d’Orient se mêleront aux traditionnelles musiques yiddishs, klezmers et tsiganes des éditions précédentes.

De nouveaux talents et de nouvelles cultures donc, à découvrir ces 10 et 11 décembre sous le chapiteau Romanès.

Programme du samedi 10 décembre 2016

A 20h00 : Calima Jazz

Trois chercheurs à l’Institut d’Optique, trois amis, trois musiciens aux parcours musicaux très variés qui partagent la même passion pour le jazz et l’improvisation, pour les musiques d’ici et d’ailleurs. Avec Caroline Kulcsar au chant, Fang Bess au violoncelle et Lionel Jacubowiez à la clarinette.
Invité spécialement pour ce concert ,Bobby Rangell, saxophones et flûtes, l’ami de toujours, le grand musicien de jazz, toujours prêt à illuminer par ces flamboyantes improvisations la musique de Calima (la « Calima » est un vent du désert qui apporte une brume de sables et de poussières très particulière sur les îles Canaries).
Calima Jazz a convié aussi, pour ce concert qui marque le premier anniversaire de la sortie de leur CD Nokh a Mol !, Antoine Karakostas qui, non seulement est l’ingénieur du son, mais improvise aussi au piano sur quelques morceaux de ce CD. Il sera accompagné par Matyas Szandai à la contrebasse et Simon Bernier aux percussions et à la batterie.
Ces chants retracent-il dans la mémoire inconsciente d’Antoine des souvenirs d’une autre diaspora ?
Tous ensemble, ils vous feront voyager au gré du vent de la « Calima », portés par ces mélodies d’ici ou d’ailleurs, vers ces terroirs multiples de leur folklore imaginaire.

21h30 : Bielka et Souliko

Pour Bielka et Souliko, mère et fille, toutes deux nées en France, le chant constitue le lien aux origines – russes, juives, et géorgiennes du côté paternel de Souliko.
Dans la famille, les chants se transmettent de génération en génération. La mère de Bielka chantait ceux que fredonnaient ses parents, Juifs de Russie, émigrés en France peu avant la Première guerre mondiale…
Tout naturellement, Bielka les a fait siens, puis les a transmis à sa fille par tradition orale, comme le veut la coutume en Russie.
Peu à peu Bielka et Souliko deviennent un duo professionnel, elles élargissent leur répertoire : chants russes, géorgiens, ukrainiens, yiddish, mais aussi chants judéo-espagnols des bords de la Mer Noire, chants colportés par les Tsiganes…, car « si l’arbre part de ses racines, ses branches se déploient dans l’univers, et lorsqu’un oiseau vient se poser sur elles, il ne lui demande pas ses papiers d’identité. Il écoute sa chanson ».
Résurgence du chant profond des peuples, leur répertoire est toujours puisé au plus profond des traditions populaires dont il relate l’immense sagesse. Pour elles, le chant revêt toujours un caractère sacré et permet aux Hommes de retrouver le lien qui les unit par-delà les différences, grâce à un langage universel qui ne connaît pas de frontières : celui de l’émotion.
Les musiciens qui les accompagneront seront Nicolas Kedroff à la balalaïka et Jasko Ramic à l’accordéon, pour une ambiance musicale plutôt russe.

Programme du dimanche 11 décembre 2016

A 15h00 : Alain Douïeb chante Enrico

Alain Douïeb est interprète, auteur, compositeur, passionné de chant et de musique. Outre les chansons d’Enrico Macias, son répertoire est composé de chants israéliens et orientaux ainsi que d’un répertoire de chansons françaises. Il interprète tous les grands succès de son modèle pour faire voyager le public dans la nostalgie et la gaîté.
L’ambiance et la fête sont toujours au rendez-vous.

A 17h00 : Rona Hartner, The Balkanik Gospel

Rona Hartner, actrice, chanteuse et danseuse, bénéficie d’une renommée nationale en Roumanie, son pays d’origine. En France c’est au cinéma, aux côtés de Romain Duris dans le film de Tony Gatlif, Gadjo Dilo, que le public l’a découverte.
Artiste multi-créative, elle participera à l’enregistrement de la B.O de Gadjo Dillo, et ouvrira ainsi une carrière musicale tout autant prolifique et éclectique qu’au cinéma. Elle enregistrera ainsi avec le cinéaste David Lynch, DJ Tagada (« Gyspy Therapy »), ou encore Féloche (« Mythology ») et contribuera à de nombreux projets collectifs.
Rona revient aujourd’hui avec un nouveau projet d’envergure : The Balkanik Gospel. Mêlant gospel, fanfare, jazz et musique d’inspiration traditionnelle des Balkans, ce nouveau spectacle est une invitation au voyage ! Elle nous fait ici, avec ses musiciens, une belle démonstration de virtuosité et de créativité.
Sur scène, elle respire la joie de vivre et dégage une chaleur propre aux pays de l’Est. La « princesse des Balkans » emmène le public avec elle dans un voyage bouillonnant, festif et spirituel.
Avec Franck Séguy à la clarinette et au clavier, Ivica Bogdanic à l’ccordéon, Bartholo Claveria à la guitare classique, Rodriguez-Patino à la batterie.

A 20h00 : Liat Cohen et Edmundo Carneiro, De Bach à Baden

Dans le concert de Liat Cohen et Edmundo Carneiro, De Bach à Baden, il y aura des œuvres de J.S. Bach, ainsi que des œuvres espagnoles et brésiliennes, notamment du compositeur et guitariste Baden Powell.
Grande figure de la guitare,  Baden Powell est connu en France aussi grâce à ses musiques adaptées par les artistes français –
Bidonville (Nougaro, Moustaki),  Orfeu Negro (Marcel Camus), Samba Saravah (Pierre Barouh)…
Les formes baroques seront enveloppées par les rythmes et les couleurs des percussions brésiliennes pour une création originale et forte.

A 21h00 : Bal de clôture du Festival avec les Taxi Boys

L’école de danse de Paris est située en plein centre de la capitale.
Depuis plus de 10 ans, une équipe de professeurs diplômés et dynamiques est présente pour vous faire partager leur passion de la danse dans les différentes disciplines proposées.

Réservations sur BilletReduc ou sur la Fnac.

Autres articles qui pourraient vous intéresser :

Talila en concert exceptionnel à l’Espace Rachi le 19 janvier 2016
Chanteuse et actrice, lauréate du prix de l’Académie Charles Cros, Talila se produit en France mais aussi sur toutes les scènes du monde, en Argentine, aux Etats-Unis, en Israël, en ...
Lire la suite
« Yom, d’est en ouest », au Festival d’Ile-de-France
"Diaspora". A lui seul, ce mot, initialement utilisé pour désigner la dispersion du Peuple Juif, est depuis des siècles synonyme de déracinement, d’exil, d’épreuves. Et à chaque diaspora ses coutumes, ...
Lire la suite
« Le chalet de la mémoire », de Tony Judt
Dans Le chalet de la mémoire, Tony Judt nous livre à la fois un témoignage, celui d’un homme atteint d’une maladie dégénérative incurable pour qui chaque jour compte, mais aussi un ...
Lire la suite
« Requiem pour un ashkénaze », de Colette Piat
Si naitre en septembre 1936 n’était pas chose aisée, elle l’est encore moins lorsque le nouveau-né se nomme Isaac Bernstein. Comme des millions de Juifs européens en cette période troublée, les ...
Lire la suite
« Guitel Pourishkevitsh et autres héros dépités », de Sholem Aleikhem
Faut-il encore présenter Sholem Aleikhem, décédé il y a tout juste cent ans ? En tout cas, une remise dans le contexte par la traductrice Nadia Rotschild des trois histoires ...
Lire la suite
« Trésors du cinéma yiddish » : le coffret 5 DVD qui redonne vie au YiddishLand
Trésors du cinéma yiddish met à la portée de tous de grands classiques indémodables de ce cinéma, tous sous-titrés en français ou en anglais. Composé de quatre films dont deux versions ...
Lire la suite
Rencontre avec Popeck, par Johana Levy
Cultures-J.com : Bonsoir Popeck, merci de nous recevoir. On vous a vu seul en scène, au théâtre, au cinéma ou à la télévision. Où va votre préférence, et pourquoi ? Popeck ...
Lire la suite
« Visions », au Musée Juif de Belgique
Si, jusqu’au 30 septembre 2012, vous avez l’intention de séjourner à Bruxelles, un détour par le Musée Juif de Belgique s’avère obligatoire. Situé bien loin des sentiers battus par les ...
Lire la suite
« Ben Zimet. Un enfant de la Corrèze » : un témoignage en chansons
En route vers  une aventure musicale dans le temps. Ce CD nous permet d'écouter ce qui à la base est une comédie musicale. Mais il ne s'arrête pas au côté ...
Lire la suite
Gilles Rozier, fondateur de « L’antilope » et éditeur de la « Jewish literature »
Ecrivain, traducteur, Gilles Rozier a ajouté une corde à son arc en devenant éditeur début 2016. Avec la complicité d’Anne-Sophie Dreyfus, journaliste puis éditrice dans diverses et prestigieuses maisons, il ...
Lire la suite
Talila en concert exceptionnel à l’Espace Rachi le 19
« Yom, d’est en ouest », au Festival d’Ile-de-France
« Le chalet de la mémoire », de Tony Judt
« Requiem pour un ashkénaze », de Colette Piat
« Guitel Pourishkevitsh et autres héros dépités », de Sholem Aleikhem
« Trésors du cinéma yiddish » : le coffret 5 DVD
Rencontre avec Popeck, par Johana Levy
« Visions », au Musée Juif de Belgique
« Ben Zimet. Un enfant de la Corrèze » : un
Gilles Rozier, fondateur de « L’antilope » et éditeur de la

Partagez vos impressions

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.