Et aussi sur Cultures-J.com

Sortie DVD : « Dancing in Jaffa », de Pierre Dulaine et Hilla Medalia

Quoi de plus universel que la danse ? Quoi de plus beau que la danse ? Quoi de plus romantique que la danse de couple ? Quoi de plus difficile que la danse de couple, prélude ou non à l’amour, en tout cas à l’amitié, certainement à un contact physique, à une rencontre, forcément ?

dancing in jaffa pierre dulaine hilla medalia affichePrenez Pierre Dulaine, danseur professionnel de danse de couple, multiplement récompensé, champion du monde de danse de salon, né à Jaffa en 1944, élevé en Angleterre, revenu en 2011 à Jaffa avec un rêve fou : faire danser ensemble des enfants Juifs et palestiniens.

Prenez Jaffa, ses populations qui se côtoient sans pour autant se mêler, à part dans deux ou trois écoles dites mixtes, qui accueillent enfants Juifs et palestiniens pour une éducation à la tolérance.

Prenez Lois, petite blondinette israélienne, Alaa, un enfant palestinien au sourire lumineux vivant dans une cabane à Ajami, le quartier le plus pauvre de Jaffa, avec son père pêcheur et sa petite barque, sa mère toujours souriante, ses frères et sœurs.

Prenez Noor, l’enfant blessée par la mort de son père alors qu’elle avait six ans, élevée par une mère convertie à l’Islam, qui la traîne dans les manifestations anti-israéliennes et sur la tombe du mari disparu.

Prenez Rachel, enseignante dans l’école mixte, ravie de l’arrivée de Pierre qui partage ses vues de tolérance et d’ouverture à l’autre.

Voyez comme ils dansent. Ca n’est pas allé sans peine : c’est difficile, la danse de couple ! Au-delà des contingences israélo-palestiniennes, il faut danser avec l’autre sexe ! Il demande cet effort à des enfants âgés d’une dizaine d’années. C’est inimaginable pour les palestiniens. Une forte culture de séparation des sexes règne là. Un garçon ne touche pas une fille, alors danser avec ! C’est ce qu’explique une mère palestinienne, voilée, à un Pierre Dulaine compréhensif mais têtu. Il insiste, explique tout ce que la danse de couple peut apporter aux enfants : goût de l’effort, discipline, confiance en l’autre… Au final, le plaisir de danser, de partager des moments rares, de construire avec un autre, sur des musiques entraînantes.

Il faut voir Pierre Dulaine expliquer aux parents israéliens comment leur enfant marche aujourd’hui, et comment, grâce à la danse, le corps se développe, la tête se relève, les épaules aussi, et au bout d’un an, l’enfant ne marche plus tête baissée, il danse, fier, ouvert au monde. Une mère acquiesce, souriante. Quand il leur expose son projet de faire danser leurs enfants avec des enfants d’une autre école, une école arabe, on sent une certaine tension chez ces adultes, mais pas de refus.

Pierre Dulaine est resté quinze semaines à Jaffa. Il a tenté de visiter la maison où il est né, peine perdue. Il a enseigné la danse de couple à 5 écoles et 150 enfants. Grâce à lui, la petite Noor, renfermée au début, agressive, rejetée par ses camarades, a éclos comme une fleur. Car elle danse bien, Noor, à tel point qu’elle est sélectionnée par Pierre pour la compétition de fin de cycle. Sa métamorphose est saisissante. Elle est sans aucun doute la plus belle réussite de Pierre à Jaffa.

Cette compétition, c’est la cerise sur le gâteau, la récompense ultime pour ces enfants qui se sont trouvés jetés dans cette aventure somme toute éprouvante par leurs enseignants et Pierre Dulaine, persuadés que la danse, « véritable école de tolérance », est un vecteur idéal pour parvenir à connaître et respecter l’autre. Et ça marche ! Malgré toutes les difficultés rencontrées, les réticences de certains enfants, on les voit anxieux au moment de cette sélection, véritable crève-cœur pour Pierre qui voudrait tous les y emmener, mais faute de place, il doit en choisir six par école. Quelle fierté pour les élus ! Quelle amère déception pour les autres…

Les répétitions débutent, les enfants les prennent très au sérieux, ils veulent gagner ! Les couples sont mixtes, pour mieux favoriser ce rapprochement entre les communautés. Lois la Juive s’entraîne avec Alaa d’Ajami, le fils du pêcheur palestinien. Au début ça se passe chez elle, sous les yeux attentifs de la mère. Un jour, Alaa invite sa partenaire et amie chez lui… Il l’emmène faire un tour en barque, pour une parenthèse légère loin des adultes et de leur présence pesante. On dirait un couple d’amoureux… Le lendemain, à l’école, elle raconte, et ses amies la charrient : « c’est ton petit ami ! » Oubliée, la différence, oublié, le conflit, c’est un monde d’enfants, naïf, fraternel, pur.

Le jour de la compétition, les petits couples de danseurs sont sur leur trente-et-un, les parents Juifs et Arabes se pressent dans les gradins, les uns à côté des autres. On est venu applaudir les enfants qui ont fourni pendant un trimestre des efforts démesurés : vaincre la peur de l’autre, l’appréhension d’approcher l’autre sexe, le ridicule de ces danses de couple… Il faut avouer que ce n’est pas dans cette discipline qu’on attend des enfants de dix ans. Et pourtant. Ca leur a plu ; ils ont bossé leurs pas, ils sont devenus des pros du merengue, de la salsa, du rock, de la valse.

Quand ils s’élancent sur le parquet de la salle du centre socio-culturel au son des mélodies délicieusement désuètes, tellement entraînantes, on reste ébahi par leur aisance et le plaisir qu’ils éprouvent, palpable. Pari réussi. Il faut continuer à rêver, à espérer, à encourager ce genre d’initiative.

C’est un petit bijou, à voir absolument.

Les « Dancing Classrooms », initiées par Pierre Dulaine en 1994, existent actuellement dans cinq pays, toujours dans l’esprit de rapprocher des communautés « ennemies ». Le programme se poursuit en Israël à Jaffa, Tel-Aviv et Haïfa, où il réunit un millier d’élèves.

Pierre Dulaine a été incarné à l’écran par Antonio Banderas dans le film Dance with me.

Dans le cadre de la promotion à Paris du film Dancing in Jaffa, Johana LEVY avait rencontré Pierre Dulaine. Revivez cette rencontre sur cette page.

Johana LEVY pour Cultures-J.com.

Dancing in Jaffa, de Pierre Dulaine et Hilla Medalia. DVD.

Si vous désirez aller plus loin :

Dance with me (édition Prestige), de Liz Friedlander, avec Antonio Banderas. DVD.

Partagez vos impressions

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.