Et aussi sur Cultures-J.com

« Le prêteur sur gages », le chef-d’oeuvre méconnu de Sidney Lumet

Solly Nazerman, homme froid et sans émotion, vit à Harlem où il possède une boutique de prêteur sur gages, achetant bibelots plaqués or, chandeliers argentés et autres babioles pour quelques dollars à des personnes souvent plongées dans le désespoir. Tout comme lui.

le preteur sur gages sidney lumetJadis professeur à Leipzig, il est un rescapé d’Auschwitz et de l’horreur nazie qui a transformé l’Europe en un gigantesque cimetière. Sa famille décimée dans les camps de la mort, c’est seul que Solly gagna l’Amérique 25 ans plus tôt. Depuis lors, sa vie est un désert que ne viennent perturber que les violents flashbacks de ses souvenirs.

Ortiz, le jeune apprenti qu’il a pris sous son aile et à qui il apprends à reconnaître les différents métaux, profite quant à lui de la vie, et fréquente clubs de travestis et autres maisons closes. L’une de ses rencontres va faire prendre conscience à Solly de l’origine de ses revenus.

Sorti en 1964 et tiré du roman d’Edward Lewis Wallant, c’est dans une version restaurée que le chef-d’oeuvre cinématographique de Sidney Lumett ressort en salles ce 9 juillet.

Le réalisateur, qui avait a l’époque refusé d’utiliser des images d’archives pour montrer la Shoah, avait donc reconstitué toutes les scènes de flashbacks ponctuant le film, scènes de une à quatre secondes. Malgré une bande son signée Quincy Jones, une lumière superbe et des contrastes et des perspectives d’un esthétisme proche de celui du grand Orson Welles, Le prêteur sur gages connaîtra un échec cuisant lors de sa sortie aux États-Unis. Il lui faudra même braver la censure qui lui était faite.

Le prêteur sur gages, actuellement en salles, en version restaurée.

Autres articles qui pourraient vous intéresser :

Sortie en DVD de « L’origine de la violence », le film d’Elie Chouraqui
Professeur dans un lycée franco-allemand, Nathan Fabre achève sa thèse sur le nazisme par un voyage à Weimar et au camp de concentration de Buchenwald où furent déportés 250.000 Juifs. En ...
Lire la suite
« Le déluge » de Leïb Rochman : dix nouvelles entre mort et survie
Faut-il se demander si Le déluge de Leïb Rochman, paru en 1978 peu avant la mort de l'auteur, a valeur de testament ? Ce qui est certain, c'est qu'il est ...
Lire la suite
« Remember », le nouveau film-choc d’Atom Egoyan
"You must find him. You must kill him." Remember est le dernier film d'Atom Egoyan, réalisateur canadien, né en Egypte et d'origine arménienne. De beaux lendemains, adapté du roman de Russell ...
Lire la suite
« La France antijuive de 1936 », de Tal Bruttmann et Laurent Joly
Tal Bruttmann et Laurent Joly reprennent minutieusement dans La France antijuive de 1936 le déroulement de la séance du 6 juin 1936 à la Chambre des Députés. Le livre tourne autour ...
Lire la suite
« Le repas des fauves », de Julien Sibre, au théâtre du Palais Royal
C’est sur la scène du magnifique théâtre du Palais Royal que se jouent actuellement cinquante représentations exceptionnelles  de la pièce Le repas de fauves, écrite dans les années 60 par Vahé ...
Lire la suite
« Rondo » d’Olivier Van Malderghem
Simon et son grand-père Abraham sont réfugiés en Angleterre, pendant la Seconde guerre mondiale. Tous deux sont Juifs, mais aucun d’entre eux ne s’accorde avec l’autre sur ce que cela ...
Lire la suite
« Grand-peur et misère du IIIème Reich », de Bertolt Brecht, au théâtre de Nesle
Ecrite en 1938 par Bertolt Brecht, en collaboration avec Margaret Steffin, Grand-peur et misère du IIIème Reich dresse à-travers vingt-quatre tableaux un portrait de la société allemande, sur une période allant de ...
Lire la suite
« A Hambourg peut-être », de Denis Labayle
Comme un battement d'aile de papillon sur la muraille de Chine peut provoquer une tempête en France, ainsi un oui en entraîne un autre et peut changer plusieurs vies. Cette ...
Lire la suite
Sortie DVD : « Le labyrinthe du silence », premier long-métrage de Giulio Ricciarelli
Francfort, à la fin des années 50. Johann, jeune procureur débutant, fait la connaissance d’un journaliste plein de fougue qui lui ouvre les portes de l’élite artistique de la ville. ...
Lire la suite
« Elle voulait juste marcher tout droit », le premier roman de Sarah Barukh
Sarah Barukh travaille dans la communication et habite à Paris. Elle a 35 ans et nous propose, dans son premier roman, de découvrir l’histoire d’Alice. Nous sommes en 1946. Alice a ...
Lire la suite
Sortie en DVD de « L’origine de la violence », le
« Le déluge » de Leïb Rochman : dix nouvelles entre
« Remember », le nouveau film-choc d’Atom Egoyan
« La France antijuive de 1936 », de Tal Bruttmann et
« Le repas des fauves », de Julien Sibre, au théâtre
« Rondo » d’Olivier Van Malderghem
« Grand-peur et misère du IIIème Reich », de Bertolt Brecht,
« A Hambourg peut-être », de Denis Labayle
Sortie DVD : « Le labyrinthe du silence », premier long-métrage
« Elle voulait juste marcher tout droit », le premier roman

Incoming search terms:

  • le preteur sur gages video

Partagez vos impressions

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.