Et aussi sur Cultures-J.com

Les arts sous l’Occupation : 2/5. Collaboration et propagande

2. Collaboration et propagande

Dans les artistes qui ont collaboré, ou du moins qui ont soutenu la France de Vichy, il faut citer entre autres Drieu la Rochelle, Céline, Brasillach. Il serait partial de ne pas parler de Philippe Henriot, éditorialiste de Radio-Paris mais aussi et surtout secrétaire d’Etat de l’Information et de la Propagande à partir de 1944. La liberté n’existe en effet plus entre les listes Bernhard et Otto des livres interdits, la Propaganda-Absteilung et  la Propaganda Staffel. Ceci dit  la traduction française de Mein Kampf faisait aussi partie des livres interdits par la censure allemande.

Avec la mise en place de la liste Mattias en février 1941 par les membres français et allemands de l’Institut allemand à Paris, plus de 250 livres allemands furent traduits. Des voyages en Allemagne furent organisés par l’ambassadeur allemand à Paris, Otto Abetz.

Les expositions organisées à Paris de 1940 à 1942  par les français sous la pression allemande ont des thèmes qui parlent d’eux-mêmes : Les rites de la franc-maçonnerie, France européenne, Le Juif et la France ou encore La France contre le bolchevisme

L’art allemand arriva à Paris en mai 42 avec les monumentales statues de l’allemand Arno Breker rendant ainsi hommage au héros aryen. Cette initiative fut rendue possible grâce à Otto Abetz, avec l’aide du français Jacques Benoist-Méchin, secrétaire d’état auprès du gouvernement de Vichy.

Sophie MASSON pour Cultures-J.com.

Merci aux éditions les Arènes, Découvertes Gallimard, Plon et L’Harmattan pour leur contribution à la rédaction de cet article. Vous pouvez retrouver les ouvrages qui ont été utilisés ci-dessous :

– Paroles de l’ombre 2. Poèmes, tracts, journaux, chansons des Français sous l’Occupation, de Jean-Pierre Guéno et Jérôme Pecnard, aux éditions les Arènes. 112 pages. 34,80€. Un livre très visuel et tactile qui permet de comparer écrits de la Résistance et de la Collaboration, et de tenir entre ses mains fac-similés de document de l’époque.
– La vie culturelle dans la France occupée, d’Olivier Barrot et Raymond Chirat, aux éditions Découvertes Gallimard. 160 pages. 15,50€. Permet de par son format compact et pratique d’avoir un résumé complet, illustré et synthétique.
– Et la fête continue, d’Alan Riding, aux éditions Plon. 437 pages. 24,50€. Un ouvrage très complet qui traite des arts et du spectacle durant l’Occupation, tout en les replaçant dans l’Histoire, ce qui permet de mieux comprendre.
– Jazz et société sous l’Occupation, de Gérard Regnier, aux éditions L’Harmattan. 300 pages. 28,00€. Ce livre met en lumière toutes les subtilités des différentes sortes de jazz afin de bien appréhender cette époque à-travers lui.

Partagez vos impressions

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.