Et aussi sur Cultures-J.com

« Sept années de bonheur », d’Etgar Keret par Sophie Masson

Je ne sais pas si Feigel a fini par rendre les 10 shekels. Ce qui est certain c’est que la sécurité sociale devrait prendre en charge l’achat de ce livre. Ce n’est pas de l’argent jeté par la fenêtre. Ce livre est rafraîchissant. Sa plus grande qualité est de faire du bien.

sept années de bonheur etgar keret7 années de bonheur est sans doute le livre le plus intime  d’Etgar Keret, ce qui explique le choix de l’anglais comme langue originelle. Ainsi il met une distance entre son livre et ses proches.

Ces histoires sont pétries de réel tout en passant par l’absurde.  Mélange détonant d’autant plus que finalement au-delà des frontières on finit par s’identifier aux personnages, à être prêt à suivre les  conseils du meilleur ami, à regretter la fin de Kippour, à se surprendre à chercher sur qui tester la méthode d’apprentissage de lecture du frère, à s’imaginer à la tête d’une tribu de 11 enfants…

Il est probable que ce livre change la perception des voyages et… des chauffeurs de taxi. Un livre qui traverse les frontières et peut-être même les générations le temps que 197 pages nous emportent de Tel-Aviv à Varsovie en passant par une partie de l’Europe et même au-delà. Les salons du livre deviennent familiers. Sous la plume d’Etgar Keret même les roquettes et les attentats finissent par faire partie de notre univers. Non seulement on s’imagine la scène, mais on s’imagine dans la scène. Et pourtant celle-ci est le théâtre où se dévoile Israël et ses habitants, un Israël très attachant et très humain.

Et quand finalement l’auteur invente un jeu pour que son fils ne reste pas debout lors d’une alerte aérienne, on ne peut s’empêcher de faire le rapprochement avec le père d’une fiction, elle aussi drôle et touchante : La vie est belle de Roberto Benigni !

7 années de bonheur, d’Etgar Keret, aux éditions de l’Olivier. 200 pages. 18,00€.

Sophie MASSON pour Cultures-J.com.

Si vous désirez aller plus loin :

La colo de Kneller, d’Etgar Keret, aux éditions Babel. 88 pages. 5,60€.
Un homme sans tête et autres nouvelles, d’Etgar Keret, aux éditions Babel. 200 pages. 7,70€.
Au pays des mensonges, d’Etgar Keret, aux éditions Actes Sud. 204 pages. 20,30€.

Partagez vos impressions

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.