Ad

Les fassinés : un livre, des récits de vie… « Je me souviens… »

Il était une fois, au lycée mixte LMF, de jeunes lycéens tous nés à Fès, au Maroc, qui poursuivaient leurs scolarité dans les années 50 à 70.

Au fil des années, des amitiés se sont créées, des liens se sont tissés, qui se prolongent jusqu’à nos jours avec une fidélité et une solidarité sans failles. Ils ont permis la création d’un ouvrage collectif, Je me souviens… Histoires de vie à Fès, sur leurs souvenirs communs.

Focus sur un livre à plusieurs voix.

Ces hommes et femmes, de toutes origines, classes sociales et religions confondues, ont fait perdurer leur amitié et leur attachement réciproque en se réunissant pour des retrouvailles régulières en France ou au Maroc.

Je me souviens…, ouvrage de trois-cents pages écrites lors du confinement en 2019 durant, est constitué de sept chapitres : Les odeurs et les bruits de notre enfance ; Les années d’école primaire et de lycée ; Nos loisirs ; Des scènes de vie au quotidien ; La vie artistique à Fès ; Récits de vie sur ce que nous sommes ; Les objets au quotidien.

Ces échanges de souvenirs, émouvants et authentiques, ont permis de restituer toute une époque dans un contexte défini — l’après-Indépendance du Maroc —, et ainsi livrer une œuvre de Mémoire collective.

« La source de nos attachements à Fès et au Maroc n’est pas si différente pour nous tous. Une pluralité culturelle aussi bien que physique ; nous sommes une synthèse inédite et spécifique à chacun de nous. »

Claude Aflalo, extrait de « Je me souviens… »

Comme la plupart des souvenirs, ils sont empreints de nostalgie, de drôlerie, d’émotion, de gravité parfois, témoignant d’une réelle mixité culturelle et cultuelle. Sans oublier la formidable empreinte de toutes les composantes de la « marocanité ».

Riche et varié, illustré de photos, cartes postales, publicités d’époque et images du quotidien, Je me souviens… aiguise nos cinq sens.

Dans les mémoires des marocains musulmans, juifs et chrétiens ayant vécu ces expériences uniques et qui perdurent encore avec la même intensité de nos jours, cet ouvrage fera référence, malgré la dispersion en France, au Maroc et ailleurs dans le monde…

Christine Herrera, l’une des organisatrices de l’association, a prononcé un discours à Fès en octobre 2022 en ces termes, lors de la remise  de l’ouvrage aux autorités officielles marocaines :

« En pleine période de covid, au moment particulier où l’avenir était incertain et menaçant, Fès est alors apparue comme le point d’ancrage d’une époque heureuse, vécue en commun dans les années 60-70 et favorisant à nouveau ce lien subtil et précieux entre nous par l’émergence et le partage de nos souvenirs respectifs. […] cet attachement à Fès, à son lycée est le fil conducteur de notre amitié qui s’est nourrie de cette mixité d’origine, de culture et de religion différentes. »

Ce livre unique nous ramène à notre enfance, nous fait revivre nos luttes d’adolescent et nous rappelle notre douceur de vivre ensemble, et unis.

Malgré un contexte socio-politique difficile et complexe, ces récits ne font pas l’impasse sur les épisodes douloureux qu’a vécu la communauté juive avec son départ clandestin, souvent en secret, suscitant de nombreuses interrogations et de questionnements restés sans réponse.

« J’ai besoin de témoigner de ma souffrance d’enfants juifs qui a dû quitter son pays, sa ville, sa maison. Les trésors accumulés dans nos tiroirs et qui disait notre enfance, notre amitié. Le départ des Juifs du Maroc, tout ce que j’ai vécu adolescente lorsque la guerre des six-jours a fait exploser tout notre univers, jusqu’à remettre en question notre attachement au pays dans lequel nous étions si confiants, si protégés par le roi, et qui faisait de nous des citoyens marocains à part entière, là, c’était l’effondrement, le chaos. »

Sonia Duprat-Serero, extrait de « Je me souviens… »

Un ouvrage unique, personnel, authentique, qui ravira les marocains de toutes origines.

A déguster et à partager.

Je me souviens… Histoires de vie à Fès, disponible sur coolLibri. 21.50€.

Si vous désirez aller plus loin :

Le marcheur de Fès, d’Eric Fottorino, aux éditions Folio. 192 pages. 7,80€.
Imma Hbiba : dictionnaire français – judéo-marocain, de Jacques Chetret. 201 pages. 12,66€.
Les gens du mellah : la vie juive au Maroc à l’époque précoloniale, de Shlomo Deshen, aux éditions Albin Michel. 270 pages. 18,60€.
Épreuves et Libération : les Juifs du Maroc pendant la Seconde guerre mondiale, de Joseph Toledano, aux éditions Elkana. 20,00€.
Eugène Delacroix au Maroc : Les heures juives, de Maurice Arama. 191 pages. 39,00€.
L’art chez les Juifs du Maroc, de André Goldenberg, aux éditions Somogy. 240 pages. 45,90€.
Costumes du Maroc, de Jean Besancenot, aux éditions La Croisée des Chemins. 170 pages. 53,99€.

Incoming search terms:

  • https://cultures-j com/je-me-souviens-histoires-de-vies-a-fes/

Partagez vos impressions

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.