Et aussi sur Cultures-J.com

Bob Dylan, une légende vivante s’expose au Museum of Jewish People de Tel Aviv

Actuellement et jusque novembre 2017, le Museum of Jewish People de Tel Aviv présente Forever young – Bob Dylan at 75, une exposition consacrée à Bob Dylan, considéré comme l’une des 100 personnalités les plus influentes du 20ème siècle par le Time Magazine.

Destinée à faire découvrir aux visiteurs toute la complexité et le génie de l’artiste, elle est riche de dizaines de documents, photographies couleur ou noir et blanc, affiches de films ou de concerts, objets personnels, livres, unes de magazines, et fait bien sûr la part belle à la musique, mais aussi aux liens entretenus par l’artiste avec le judaïsme.

Le parcours de visite n’est pas chronologique, le Museum of Jewish People ayant plutôt souhaité mettre en lumière trois grands thèmes : « Dylan le révolutionnaire », traitant entre autres de ses rapports compliqués avec les médias ou de son image de « chanteur contestataire », « Rock star », ou l’impact considérable de Bob Dylan sur la musique populaire et la culture du 20ème siècle, et enfin « A la recherche de la rédemption », où l’accent est mis sur son judaïsme et ses relations avec Israël.

Né de parents immigrés d’Europe de l’Est, Shabtai Zisl Zimmermann, alias Robert Zimmermann, voit le jour le 24 mai 1941 à Duluth, une ville du Minessota qui compte une petite communauté juive. A l’âge de 13 ans, il célèbre sa bar mitsva et intègre le Herzl Jewish Summer Camp en 1957. Admirateur d’Elvis Presley, Little Richard ou encore Buddy Holly, on ne sera pas surpris de le voir sur une photo, entouré de ses copains de l’époque, déjà avec la guitare en bandoulière.

Au début des années 70, alors qu’il est en voyage en Israël, il visite une yeshiva à Jérusalem ainsi que le kibboutz Neve Eitan, dans la vallée de Beit Shéan, dans lequel il souhaitait passer une année. La non-réponse du kibboutz à sa demande d’intégration mettra finalement un terme à ce projet, et sera peut-être la cause, petit à petit, de son délaissement du judaïsme au profit du christianisme, deux thèmes dont il s’inspirera sur de nombreux albums, se présentant tantôt comme un croyant, tantôt comme un hérétique.

Finalement, une dizaine d’années plus tard, il reviendra à la foi juive, reconnaissant ses liens étroits avec la communauté Loubavitch de Brooklyn, et son charismatique leader, le rebbe Menachem Mendel Schneerson.

Profondément attaché à l’État hébreu, Bob Dylan donnera trois concerts en Israël : en 1987, en 1993, et plus récemment en 2011, des concerts parfois critiqués en raison de la qualité de sa performance scénique, comme ce fût le cas en 1987. L’affiche de ce spectacle est d’ailleurs exposée dans les salles, en préambule à une projection évoquant l’influence musicale de Bob Dylan dans le monde, et principalement en Israël où quatre générations de musiciens israéliens témoignent de son impact sur leur carrière, et sur la musique israélienne.

Deux clichés montrent également Bob Dylan à Jérusalem, au Mur des Lamentations, l’un datant de 1971, le second de 1983, lors de la bar mitsva de son fils Jesse. Ce sera juste après cet événement, et un an après la première Guerre du Liban, qu’il va sortir le titre Neighborhood Bully, extrait de l’album Infidels. Neighborhood Bully est sans aucun doute la plus juive des chansons rock jamais enregistrées :

Well, the neighborhood bully, he’s just one man
His enemies say he’s on their land
They got him outnumbered about a million to one
He got no place to escape to, no place to run
He’s the neighborhood bully

The neighborhood bully he just lives to survive
He’s criticized and condemned for being alive
He’s not supposed to fight back, he’s supposed to have thick skin
He’s supposed to lay down and die when his door is kicked in
He’s the neighborhood bully

Aujourd’hui âgé de 75 ans, Forever Young. Bob Dylan at 75 est un hommage vibrant à une légende du rock au palmarès impressionnant : 110 millions de disques vendus, 600 chansons et 46 albums couronnés de nombreux prix, dont dernièrement le prestigieux Nobel de littérature, faisant de lui le premier musicien à être récompensé par l’Académie depuis la création du prix en 1901.

Forever Young. Bob Dylan at 75, jusqu’en novembre 2017 au Jewish People Museum de Tel Aviv.

Si vous désirez aller plus loin :

The Essential Bob Dylan, de Bob Dylan. 2CD.
Infidels, de Bob Dylan. CD.

Partagez vos impressions

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.