Et aussi sur Cultures-J.com

« Combattants Juifs dans les armées de Libération », de Georges Brandstatter

« Témoigner, c’est voyager dans le passé. » Georges Brandstatter.

combattants juifs dans les armees de liberation livreDe même que les français n’étaient pas tous des collaborateurs ni tous des résistants, les Juifs n’ont pas tous été des victimes passives.

Fruit de six années de recherches, Combattants Juifs dans les armées de Libération, de Georges Brandstatter, livre à travers les témoignages d’une cinquantaine de personnes qui se sont battus contre la barbarie nazie entre 1939 et 1948 un pan méconnu de l’Histoire, et un colossal travail de Mémoire.

Divisé en sections – Combattants Juifs de France, de Belgique, d’Europe de l’Est, Brigade Juive de Palestine, Afrique du Sud… -, cet ouvrage comporte également les témoignages émouvants d’hommes du Ma’hal, combattants volontaires de l’étranger pour l’Indépendance de l’Etat d’Israël, d’anciens résistants ou encore de survivants de la Shoah.

On y retrouve entre autre des interviews de Jacques Prelman, ancien combattant des FFL (Forces Françaises Libres) et vice-président de l’association des anciens combattants français en Israël, engagés volontaires non Juifs venus défendre l’Etat hébreu en mai 1948 – représentant environ 4.000 volontaires issus de 38 pays – , ou encore Serge Ravanel, chef des FFI (Forces Françaises de l’intérieur) de la région de Toulouse, entré en Résistance en mars 1941. Serge Ravanel intégrera le mouvement appelé Libération sur les conseils d’un ancien préfet Juif révoqué par Vichy, Jacques Braunswig. Arrêté en mars 1943, il sera emprisonné avec vingt autres résistants et partagera sa cellule avec Raymond Aubrac et Maurice Criogel. Côtoyant de nombreux Juifs dans les mouvements de Résistance, cette dernière s’est en effet considérablement enrichie de cet apport, comme ce fut le cas par exemple pour la Compagnie Juive de Gamzon.

De nombreux témoignages provenant du Maghreb se trouvent quant à eux dans la section « France », des paroles empruntes de nostalgie, celle d’un temps où l’antisémitisme n’existait pas dans le quotidien des habitants.

Avec Combattants Juifs dans les armées de Libération, , Georges Brandstatter, enfant été caché pendant la guerre dans une famille chrétienne dans le village d’Andoins, tenait à mettre en lumière les parcours de ces hommes et de ces femmes qui, n’écrivant pas leurs mémoires, risquaient de tomber dans l’oubli.

Défi relevé ! Il nous livre avec cet ouvrage un recueil nécessaire et bouleversant, dans lequel l’humilité côtoie l’horreur et le courage.

Combattants Juifs dans les armées de Libération, de Georges Brandstatter, aux éditions Ouest France. 352 pages. 17,00€.

Partagez vos impressions

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.