27 June 2019
Et aussi sur Cultures-J.com

« Les crapauds fous » : Eugene Lazowski, le Schindler polonais méconnu…

New York, de nos jours. Anastasie, étudiante en psychologie, rends une visite imprévue à Stanislaw Matulewicz, médecin en retraite depuis quelques heures. En quête d’informations pour ses études, la jeune fille va également découvrir un événement familial jusque-là méconnu, accompli par son grand-père, Eugène Lazowski, lors de la Seconde guerre mondiale.

Rozwadow, Pologne, 1941. Dans le cabinet médical du docteur Lazowski, un homme surgit et supplie qu’on lui ampute un membre afin de le rendre inapte à se rendre au front. Si le médecin décide dans un premier temps d’accéder à sa requête, son ami et homologue Stanislaw Matulewicz le persuade de ne pas amputer, et de lui donner quelques jours pour chercher une autre solution.

Médecin le jour, Eugène l’est aussi clandestinement la nuit, venant en aide aux Juifs du village, qu’il repère grâce à un linge blanc accroché à leur fenêtre, risquant sa propre vie en bravant l’interdit à une époque où les rues et ruelles de Pologne sont hantées par des chasseurs de Juifs…

Très vite, sauver la vie de quelques dizaines d’hommes ne lui suffit plus. Il faut en sauver plus. Ce qui ne manque évidemment pas d’éveiller les soupçons de l’occupant nazi.

Comme il l’avait promis, son ami Stanislaw revient quelques jours plus tard, porteur d’une incroyable nouvelle. Il est parvenu à mettre au point, à base de bactéries mortes, une sorte de vaccin qui, une fois inoculé, réagit positivement au test du typhus, une maladie hautement contagieuse, sans toutefois en infecter les patients.

Méthodiquement, et pour que la supercherie semble la plus réelle possible, ils vont l’inoculer à une première personne, puis une autre, puis encore une autre…, mimant ainsi le rythme d’une épidémie exponentielle et incontrôlable au sein du village. Envoyés à Berlin, les résultats des tests sanguins confirment la pandémie, et le village de Rozwadow est placé en quarantaine.

Inspiré d’une histoire vraie, mené tambour battant et mêlant théâtre, chant, danse et chorégraphie, Les crapauds fous, terme désignant des personnes qui pensent et avancent à contrario de ce qui est imposé, appelant chaque citoyen à les imiter pour contrer un danger menaçant l’espèce humaine, fait ressortir de l’ombre l’acte de résistance héroïque d’Eugène Lazowski, considéré comme le “Schindler polonais”.

En administrant ce vaccin à des centaines de personnes, les deux hommes sont parvenus à sauver plus de 8.000 vies, évitant l’enrôlement aux uns, et la déportation aux autres.

Les Juifs atteints du typhus étant immédiatement abattus par les allemands, aucun d’entre eux ne sera « infecté » par le vaccin mis au point par Stanislaw Matulewicz. Seuls les polonais le seront, ce qui aura pour effet de tenir les allemands à l’écart, épargnant de fait les habitants Juifs du village.

Né en 1913 à Częstochowa et émigré aux Etats-Unis en 1958, Eugène Lazowski enseigna la pédiatrie à l’université de Chicago, et rédigea ses mémoires en 1993, intitulées My private War, ré-imprimées à de nombreuses reprises. Il se retire de la vie médicale en 1988, et décède en 2006 à Eugene, dans l’Oregon.

Un spectacle à voir absolument !

Les crapauds fous, actuellement au Splendid.

Si vous désirez aller plus loin :

Le Livre Noir des Juifs de Pologne, de Jacob Apenszlak, aux éditions Calmann-Lévy. 384 pages. 25,90€.
Etre juif en Pologne. Mille ans d’histoire, du Moyen Âge à 1939, de Daniel Tollet, aux éditions Albin Michel. 336 pages. 12,20€.
Les Voisins. 10 juillet 1941: un massacre de Juifs en Pologne, de Jan T. Gross, aux éditions Belles Lettres. 214 pages. 15,00€.

Partagez vos impressions

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.