Et aussi sur Cultures-J.com

« Guitel Pourishkevitsh et autres héros dépités », de Sholem Aleikhem

Faut-il encore présenter Sholem Aleikhem, décédé il y a tout juste cent ans ?

sholem aleikhem guitelEn tout cas, une remise dans le contexte par la traductrice Nadia Rotschild des trois histoires de Sholem Aleikhem proposées au lecteur permet de bien resituer le livre vis-à-vis de l’histoire russe de l’époque.

Et nous voici dans le monde Juif, typique et tellement réel de l’auteur. Le texte séduit par sa musicalité avec un refrain pour chaque histoire. Celui-ci revient régulièrement, campe le narrateur et accompagne le lecteur.

La dynamique de l’écriture est telle que l’on se trouve immergé dans le texte. La tendresse de Sholem Aleikhem pour ses personnages dans Guitel Pourishkevitsh et autres héros dépités est palpable. Il les décrit avec leurs défauts mais surtout leur capacité à occuper l’espace et transformer le monde.

Le texte ne manque pas d’autodérision. Tradition religieuse et pragmatisme vont main dans la main. Chaque aventure est portée par un couple atypique dans une histoire n’ayant pas forcément d’issue heureuse possible.

Ainsi le mythique couple mère-fils est à l’honneur dans la première histoire. Les soupirants des deux histoires suivantes soupirent en effet, mais avec énergie. Les amours n’aboutissent pas toujours comme voulu, que la raison soit externe ou interne au héros.

Quand à la réalité de la vie de Sholem Aleikhem, résumée à la fin du livre, elle n’a vraiment rien à envier à la fiction et constitue la cerise sur la gâteau.

Sophie MASSON pour Cultures-J.com.

Guitel Pourishkevitsh et autres héros dépités, de Sholem Aleikem, aux éditions L’Antilope. 160 pages. 15,00€.

Partagez vos impressions

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.