Et aussi sur Cultures-J.com

« L’élixir de l’immortalité », ou le dernier des Spinosa, de Gabi Gleichmann

Gabi Gleichmann nous livre avec son dernier roman, L’élixir de l’immortalité, une vaste épopée familiale qui n’est pas sans faire penser au Dernier des Camondo, de Pierre Assouline.

gabi gleichmann elixir immortalite espinosa spinoza andalousie seville cordoue grenade inquisitionSur près d’un millénaire, le lecteur est invité à se replonger à la fois dans les destins tantôt illustres, tantôt maudits de cette illustre lignée de médecins et de philosophes depuis leurs origines jusqu’à l’époque actuelle.

Ari, le « dernier des Spinoza », hérite à la mort de son grand-père d’une vieille valise usée. Soucieux d’honorer la promesse faite à sa mère avant son décès de transmettre toutes les histoires entendues à-propos de sa famille, il lui faudra trente ans avant d’ouvrir le mystérieux bagage et y découvrir quantité de documents anciens, testament, lettres, journaux intimes et un livre : l’élixir de l’immortalité, rédigé par son ancêtre Benjamin. Commence alors pour Ari un voyage qui le mènera dans les méandres historiques de 36 générations.

De la naissance de Judah Halevi à la fin du XIème siècle jusqu’à Avraham, qui se convertira au catholicisme, ruinera la famille et finira pendu en Floride, de Moishe, surnommé « le kabbaliste » et auteur du Sefer Ha-Zohar, le Livre de la Splendeur, à Uriel, excommunié de la communauté juive d’Amsterdam par son propre demi-frère, de Haïm, médecin personnel du sultan Mohamed II qu’il assassinera, à Hector, gendre de Pierre Arditti, possesseur du Talmud personnel de Moïse Maïmonide, en passant par Salman, incarnation du « Juif errant »…

Mais c’est également mille ans d’histoire et de destin du Peuple Juif en Europe que côtoie le lecteur : la Reconquista, la campagne portugaise contre la Galicie, les disputatios sur la plaza reyes de Cordoue et la soif meurtrière de l’Inquisition, le premier pogrom de Séville dans la nuit du 6 juin 1391 et la fuite des Juifs d’Espagne un siècle plus tard, l’exil au Pays-Bas, la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb, la France des Bourbon et la Vienne des Habsbourg, les batailles napoléoniennes, la guerre de Prusse, l’ « Etat des Juifs » de  Théodore Herzl et l’affaire Dreyfus, le putsch de Munich et la Shoah, le procès de Nuremberg…

L’élixir de l’immortalité est un ouvrage envoûtant, passionnant, par moments quasi-poétique, sur l’épopée historico-familiale des Espinosa, devenus Spinoza à partir de 1492, une famille qui a laissé son empreinte dans de nombreuses nations européennes et dont on peut encore admirer certaines représentations dans deux toiles de Rembrandt et de Meester exposées au Rijskmuseum d’Amsterdam, et un portrait de Benjamin Spinoza actuellement à l’université de Fribourg. Ce dernier, miraculeusement sauvé de la destruction nazie dans les années 30, s’est un temps retrouvé accroché sur les cimaises personnelles du bureau d’Hermann Göring.

L’élixir de l’immortalité est un coup de cœur !

L’élixir de l’immortalité, de Gabi Gleichmann, aux éditions Grasset. 550 pages. 22,00€.

Si vous désirez aller plus loin :

– Les Juifs du roi d’Espagne. Oran 1509-1669, éditions Hachette. 240 pages. 20,05€.
– Passeurs d’Orient : Les Juifs dans l’orientalisme, éditions de l’Eclat. 220 pages. 25,00€.
– Les Juifs dans l’Espagne chrétienne avant 1492, éditions Albin Michel. 137 pages. 6,90€.
– Judah Halévi, d’Espagne à Jérusalem, éditions Albin Michel. 172 pages. 8,50€.
– Juifs d’Andalousie et du Maghreb, éditions Maisonneuve et Larose. 437 pages. 34,00€.
– Les rois catholiques, ou L’Espagne sous Ferdinand et Isabelle (1474-1515), éditions Hachette BNF. 174 pages. 10,20€.
– Les victimes d’Isabelle II la Catholique, éditions Hachette BNF. 5,70€.

Partagez vos impressions

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.