Et aussi sur Cultures-J.com

« L’anneau magique » : une fable historique de Mendele Moykher-Sforim

L’histoire contée par Mendele Moykher-Sforim dans L’anneau magique prends racine au début de la Haskala, et raconte la vie juive du 19ème siècle dans l’Empire Russe.

La plupart des personnages sont pauvres, ils courent toute la journée à la poursuite de quelques sous, qui viennent difficilement. Alors, à défaut de pain, ils partagent des souhaits et des bénédictions.

L’histoire débute et s’achève à Kabtsank, même si une grande partie se déroule à Gloupsk, où beaucoup tentent leur chance. Cette ville,
un peu plus urbaine, offre plus d’opportunités, mais aussi de dangers. Les mauvaises rencontres n’y sont pas rares.

Les héros affrontent ainsi voleurs, souteneurs et autres. Heureusement les aventures se finissent mieux qu’elles ne commencent, même si elles laissent des traces.

Si L’anneau magique est plein de mouvements, de rebondissement et d’espoir de lendemains meilleurs, la fin est cependant très désabusée. Heureusement, souhaits et bénédictions continuent.

Le personnage principal, lui, est tour à tour victime et témoin des vicissitudes rencontrées tout au long du roman. Mendele Moykher-Sforim présente, à travers la vie et les rencontres de ses personnages, les avantages et limites de la Haskala. Moyshelé a la possibilité d’étudier dans une de leurs écoles, ce que son père n’accepte au départ pas du tout. Finalement, des arguments financiers viennent trancher pour lui.

Comme Moyshelé, la plupart des personnages principaux voient leurs trajectoires modifiées par leur rencontre avec la Halaska. Quant aux autres, ils retournent à leur point de départ, comme Khantse. Et leur passage en ville se résume à une erreur d’aiguillage qui faillit être fatale.

L’anneau magique est plein de mouvements, et est aussi une fenêtre sur une époque de transition.

L’anneau magique , traduit pour la première fois en français, est édité par la Bibliothèque Medem. 629 pages. 25,00€.

Si vous désirez aller plus loin :

Le Livre des pogroms. Antichambre d’un génocide, Ukraine, Russie, Biélorussie, 1917-1922, de Nicolas Werth et Lidia Miliakova, aux éditions Calmann-Lévy. 726 pages. 30,35€.
Le crime de Samuel Schwartzbard : l’affaire des pogroms, de Rémy Bijaoui, aux éditions Imago. 224 pages. 20,00€.
Erev, à la veille de…, de Eli Chekhtman, aux éditions Buchet-Castel. 814 pages. 27,00€.
Histoire des juifs en Pologne et en Russie., de Antony Polonsky, aux éditions Honoré Champion. 798 pages. 75,00€.
Deux siècles ensemble. 1795-1995, tome 1 : Juifs et Russes avant la révolution, d’Alexandre Soljenitsyne, aux éditions Fayard. 600 pages. 29,50€.
Deux siècles ensemble. 1917-1972, tome 2 : Juifs et Russes pendant la période soviétique, d’Alexandre Soljenitsyne, aux éditions Fayard. 608 pages. 29,50€.

Partagez vos impressions

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.