Et aussi sur Cultures-J.com

Séville, Grenade, Cordoue… Sur les traces des communautés séfarades oubliées

Si les emblématiques Alcazar et Plaza de España de Séville, la somptuosité des palais Nasrides de l’Alhambra de Grenade ou l’immensité de la mosquée-cathédrale de Cordoue – la seconde plus vaste du monde après celle de La Mecque, constituent des étapes inévitables à toute visite en Andalousie, les initiatives mises en place dans ces villes afin de faire renaitre l’histoire et la mémoire des Juifs séfarades méritent également que l’on s’y attarde.

Repères historiques

On estime que les premiers Juifs arrivent en Espagne vers 70 de l’ère chrétienne, après la destruction du Second Temple de Jérusalem. Avec Tolède, la communauté juive de Séville était alors l’une des plus importantes d’Espagne. Plus ou moins tolérés sous les romains et les Wisigoths – qui mettent en place les Conciles de Tolède, les Juifs accueillent favorablement les conquérants arabes au début du 8ème siècle.

Pendant les trois siècles qui vont suivre, et jusqu’à la chute des royaumes des Taïfas en 1086, les Juifs de la péninsule ibérique vont atteindre une position économique et sociale si haute, et la culture séfarade un tel niveau que cette période est unanimement considérée comme l’âge d’or de judaïsme en Espagne.

L’arrivée des dynasties Almoravides en 1086 et Almohades en 1146 marque la fin d’une longue période de fastes et de coexistence pacifique entre les différentes communautés. Contraints de se convertir à l’islam, les Juifs fuient l’Espagne par milliers, et trouvent refuge au Maroc, en Turquie ou en Grèce, qui accueillent à bras ouverts quantité de savants, philosophes, médecins, poètes…

Les poussées chrétiennes de 1212 à 1264 ayant mis les musulmans en échec, de nombreux Juifs décident de regagner l’Espagne et de s’y réinstaller. Mais les pogroms de 1341, l’Inquisition mise en place par les Rois Catholiques Isabelle de Castille et Ferdinand d’Aragon, et enfin la publication en 1492 du décret de l’Alhambra ordonnant l’expulsion de tous les Juifs du royaume – de 100.000 à 150.000 personnes quittent le pays, mettent définitivement un terme à plusieurs siècles d’histoire.

Aujourd’hui, plus de 60 lieux en Espagne portent le nom de Juderia, calle de los judios, etc., témoignant de la présence et de l’influence juives en Espagne.

De Séville à Cordoue…

S’il ne subsiste que de rares vestiges de la présence juive dans la Juderia de Séville – actuels quartiers de Santa Cruz et de San Bartolomé, les visiteurs pourront néanmoins se replonger dans l’histoire de ce quartier et de ses transformations successives depuis le moyen-âge jusqu’à nos jours, grâce au centre d’interprétation Juderia de Sevilla (Casa de la Memoria).

Au cours d’une visite d’1h30, ils pourront découvrir les multiples modifications qu’a connu le quartier. Des 23 synagogues que comptaient jadis la ville, seule une subsista après les révoltes de 1391. Transformées en églises ou rasées pour ouvrir des jardins publics, il n’existe aujourd’hui plus aucun lieu de culte israélite dans l’ancien quartier Juif de Séville.

L’ancien mur d’enceinte qui enfermaient les Juifs dans le ghetto – officiellement pour leur protection, ne représente plus aujourd’hui qu’un mince tronçon, tout comme ne demeure qu’une seule et unique tombe de ce qui fut le cimetière Juif, rasé au profit d’un jardin et d’un parking souterrain en 1992 lors de l’Exposition Universelle. Une sépulture a été reléguée derrière une vitre, dans ce coin d’un parking souterrain, tandis que des dizaines d’autres dorment dans des caisses, dans les réserves du musée archéologique.

L’emplacement des 4 portes qui desservaient le ghetto – aujourd’hui disparues, la rue Levies ou encore la place de Las Cruces, haut-lieu d’exécution des Juifs – en une nuit, près de 3.000 périrent, constituent également des étapes importantes à la bonne compréhension de cette visite.

juderia rue levies quartier juif andalousie seville sevilla
Rue Levies, Séville.

Permettant d’obtenir les clés d’une part historique dissimulée, cette passionnante visite s’achève par la découverte de l’exposition permanente que consacre le Centre d’interprétation à la communauté séfarade de la ville. Quelques articles judaïca – mézouzot et chandeliers, des robes et des parures, ainsi que des cartes et les biographies d’illustres personnalités sévillanes complètent cet intéressant voyage dans le temps et dans la Mémoire.

A 45 minutes de train de Séville, la très touristique ville de Cordoue abrite quant à elle l’une des trois dernières synagogues médiévales du pays – les deux autres se trouvant à Tolède.

Entre les 9ème et 11ème siècles, on estime entre 30.000 et 50.000 le nombre de Juifs vivant à Cordoue, représentant environ 10% de la population de la ville (il ne reste plus aujourd’hui que 10 ou 12 familles)

Édifiée en 1315 par Yitzhak Moheb – sans doute pour un usage privé ou familial au vue de sa petite taille, la synagogue fut successivement transformée avant de tomber dans l’oubli, et d’être redécouverte en 1884 par le prêtre Don Mariano Parragá. Constituée d’un patio, d’une salle de prière et d’une galerie supérieure pour les femmes, son ornementation de pierre, de bois et de stuc représente une qualité artistique et ornementale des plus pures.

calle judios quartier juif andalousie cordoue cordoba synagogue medievale
Synagogue de Cordoue.

A quelques pas de la Plaza Maimonides et de la Plaza Tiberias – sur laquelle trône une statue du fameux rabbin, médecin et philosophe, se trouve la Maison Séfarade (Casa de Sefarad), installée dans une ancienne maison juive datant de 1320. Un tunnel reliant les deux bâtiments laisse supposer qu’une des pièces de la demeure, plus profonde, aurait pu être utilisée comme mikvé pour la synagogue.

La Maison Séfarade est en réalité bien plus qu’un musée visant à préserver le caractère Juif de la ville. Les 8 salles qu’elle ouvre à la visite plonge les visiteurs dans l’histoire – l’Inquisition de Cordoue était l’une des plus cruelles d’Espagne, mais également dans la vie domestique, mettant l’accent sur l’artisanat de la broderie au fil d’or, ouvrages somptueux exclusivement exécutés par des femmes veuves ou célibataires. En plus d’une petite synagogue – en activité lors de certaines célébrations, et de salles consacrées à la musique séfarade, aux fêtes juives, aux femmes Al-Andalous – dont certaines avaient pour l’époque un pouvoir et une influence considérables, l’établissement organise des concerts, des ateliers musicaux, des conférences, des pièces de théâtre ou encore des séances de rencontres-dédicaces avec des auteurs.

Si à l’inverse de Séville, des visites extérieures de la Juderia ne sont pas assurées par la Maison Séfarade, la concentration de tous ces lieux permet aisément de les découvrir par soi-même.

… en passant par Grenade.

Les traces de la présence juive à Grenade sont pour ainsi dire aujourd’hui inexistantes. Il n’existe plus de synagogues, et en-dehors d’un cimetière enfoui, ou de l’ancien siège de l’Inquisition abritant désormais un commissariat, à l’instar d’autres villes espagnoles, la mémoire séfarade de Grenade est tombée dans l’oubli depuis des siècles.

L’ancien quartier Juif, Casa BaKadima, se trouve dans l’actuel quartier du Realejo, dont l’entrée est marquée, à deux pas de la Place Isabelle la Catholique, par la statue de Yéhouda ibn Tibon, médecin, philosophe et poète du début du 12ème siècle.

juderia quartier juif andalousie grenade granada
Ancien quartier Juif de Grenade.

Discrètement niché dans des ruelles escarpées aux façades blanches et aux volets bleus qui ne sont pas sans rappeler certaines cités méditerranéennes, le Museo Sefardi, ouvert depuis 2012, accueille les visiteurs dans un ancien « carmene », sorte de potager où Juifs et Musulmans travaillaient de concert.

S’il est des initiatives qui méritent que l’on s’y attarde, le Museo Sefardi en fait partie. L’ouverture de cet espace culturel au sein de la très conservatrice Grenade représente en effet à elle seule un exploit.

Malgré une collection mineure qui ne cesse cependant de s’enrichir au fil des dons et de la trésorerie que génèrent ses entrées , tout l’intérêt de cette visite réside dans le fait que Béatrice Perez, guide-conférencière et propriétaire des lieux, emportera les visiteurs à la fois dans l’histoire des séfarades d’Espagne, qu’elle raconte avec une inénarrable passion, mais surtout dans sa propre histoire, étroitement liée à celle de sa mère, emprisonnée sous le franquisme car elle refusait d’adhérer à l’idéologie dictatoriale.

De l’ouverture compliquée et chaotique de ce lieu de mémoire jusqu’à sa courageuse ambition de faire revivre le passé séfarade dans le cœur de la Grenade historique juive, le Museo Sefardi est sans conteste le lieu essentiel de celle qui fut jadis appelée « Garnatz al-yahoud », la Grenade des Juifs, par les arabes.

Cultures-J.com remercie les directions de ces établissements pour leur accueil et leur grande disponibilité, ainsi que les offices de tourisme des villes de Séville, Cordoue et Grenade pour leur précieuse collaboration.

Article extrait du magazine Cultures-J N°1, décembre 2013/janvier 2014.

Si vous désirez aller plus loin :

– Les Juifs du roi d’Espagne. Oran 1509-1669, éditions Hachette. 240 pages. 20,05€.
– Passeurs d’Orient : Les Juifs dans l’orientalisme, éditions de l’Eclat. 220 pages. 25,00€.
– Les Juifs dans l’Espagne chrétienne avant 1492, éditions Albin Michel. 137 pages. 6,90€.
– Juda Halévi, d’Espagne à Jérusalem, éditions Albin Michel. 172 pages. 8,50€.
– Juifs d’Andalousie et du Maghreb, éditions Maisonneuve et Larose. 437 pages. 34,00€.
– Les rois catholiques, ou L’Espagne sous Ferdinand et Isabelle (1474-1515), éditions Hachette BNF. 174 pages. 10,20€.
– Les victimes d’Isabelle II la Catholique, éditions Hachette BNF. 5,70€.
– L’élixir de l’immortalité, de Gabi Gleichmann, aux éditions Grasset. 550 pages. 22,00€.

Autres articles qui pourraient vous intéresser :

« Istanbul la sépharade », d’Esther Benbassa
Istanbul, la Sépharade est un très beau livre sur les Juifs de cette ville. En 1492, suite à leur expulsion d'Espagne, des Juifs sépharades arrivèrent à Istanbul avec leurs coutumes. Elles ...
Lire la suite
« Le siècle d’or de l’Espagne. Apogée et déclin », de Michèle Escamilla
Dans Le siècle d'or de l'Espagne. Apogée et déclin. 1492-1598, Michèle Escamilla retrace une partie de l'histoire d'Espagne qui débute en l'année tristement célèbre : 1492. Les frontières et les ...
Lire la suite
Mor Karbasi, « La Tsadika » venue du sud
Mor Karbasi, auteure, compositrice et interprète née le 23 avril 1986 à Jérusalem, chante en ladino, langue des Juifs exilés d'Espagne au XVème siècle. Juive d’origine marocaine et iranienne, ses ancêtres ...
Lire la suite
« Etymologiquement divertissant », par Diletta Guidi
Cette année, le rire est à la une de la 13ème Journée Européenne de la Culture Juive. Est-ce un hasard si "Gad", le prénom de l'un des humoristes juifs les ...
Lire la suite
« L’élixir de l’immortalité », ou le dernier des Spinosa, de Gabi Gleichmann
Gabi Gleichmann nous livre avec son dernier roman, L’élixir de l’immortalité, une vaste épopée familiale qui n’est pas sans faire penser au Dernier des Camondo, de Pierre Assouline. Sur près d’un ...
Lire la suite
« Revenir du silence », le livre-témoignage de Michèle Sarde
Revenir du silence débute à Salonique avec l'histoire de la famille Benveniste, famille maternelle de Michèle Sarde, l'auteure. Alors que les blessures du départ de l'Espagne, 400 ans plus tôt, ne sont pas ...
Lire la suite
« Le chat du rabbin », actuellement au théâtre des Mathurins
 Alger, années 20. Le rabbin Sfar vit avec sa fille Zlabya. En dévorant le perroquet, l'espiègle chat du rabbin trouve miraculeusement l'usage de la parole. Mais celui-ci ne sait dire ...
Lire la suite
« Ce que le jour doit à la nuit », présenté par Alexandre Arcady
Lundi 24 septembre 2012 avait lieu, au profit de l’association Casip-Cojasor, une projection privée du nouveau film d’Alexandre Arcady, Ce que le jour doit à la nuit. C’est dans une salle ...
Lire la suite
« L’an prochain à Grenade », mille ans d’histoire du Peuple Juif
Auteur de plus de 70 livres – romans, poésies, essais, anthologie, théâtre –, traduits en vingt langues, prix Renaudot en 2002 avec Assam, ouvrage extrait du cycle de quatre titres ...
Lire la suite
« Jacob, Jacob », de Valérie Zenatti
Dans Jacob, Jacob, Valérie Zenatti relate l'histoire des Juifs d'Algérie à la fin de la seconde guerre mondiale, à travers l'histoire de Jacob et de sa famille. Jacob, le personnage principal, ...
Lire la suite
« Istanbul la sépharade », d’Esther Benbassa
« Le siècle d’or de l’Espagne. Apogée et déclin », de
Mor Karbasi, « La Tsadika » venue du sud
« Etymologiquement divertissant », par Diletta Guidi
« L’élixir de l’immortalité », ou le dernier des Spinosa, de
« Revenir du silence », le livre-témoignage de Michèle Sarde
« Le chat du rabbin », actuellement au théâtre des Mathurins
« Ce que le jour doit à la nuit », présenté
« L’an prochain à Grenade », mille ans d’histoire du Peuple
« Jacob, Jacob », de Valérie Zenatti

Incoming search terms:

  • andalousie juif maurane
  • centre dinterprétation du quartier juif seville
  • emplacement maison juive Séville
  • judaisme andalou
  • juifs andalousie livres
  • juifs de grenade
  • ls association du passe juif en espagne

3 commentaires sur Séville, Grenade, Cordoue… Sur les traces des communautés séfarades oubliées

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.